Marie-Carole : les 4 fantastiques

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Marie-Carole : les 4 fantastiquesJe suis Marie-Carole, 27 ans. Aline fut une expérience marquante pour ma libido. (voir mon premier texte ‘Marie-Carole en deux mots’)Cette jeune femme qui se jette dans mes bras pour oublier son dernier amour, son dernier échec…Mais est-ce un échec que de se séparer au bout du bout de l’amour ?Se jeter est la bonne expression puisque elle est venue chez moi le soir même et y est pratiquement restée jusqu’à ce fameux week-end…Belle, sensible, merveilleusement sensuelle dans ses gestes, dans sa façon de vous regarder dans les yeux, ses yeux…Triste ? Non, je ne le suis pas, elle était venue comme un toutou, perdue dans sa féminité bafouée par son ex-copain.Cette féminité que j’ai su explorer, jusqu’à la sublimer… Je savais que cela ne pouvait durer, qu’elle aurait besoin d’autre chose, de vibrer à nouveau entre les bras d’un homme, de sentir toute la différence, de retrouver des sensations de plénitude après l’acte d’amour… Nous sommes faites pour cela, à la base… Enfanter, donner la vie, aimer, former ce couple tant mis en danger de nos jours…Depuis quelques jours on parlait de sexe assez souvent. Elle voulait que l’on fasse un essai ensemble, lors d’une soirée, ou d’un repas ici, chez moi… Rencontrer un homme… Etre à mes côtés la rassurerait, non pas pour comparer ou échanger. Juste reprendre où elle en était il y a des lustres et où elle s’épanouissait dans les bras de son futur compagnon. Ce temps révolu, bien trop loin, lui faisait peur. Elle avait subit trop de privations, de contraintes, que son corps avait refusé, ainsi que son esprit, à force de se laisser imposer des actes pervers par le monstre que son amant était devenu…Depuis notre rencontre, elle avait repris confiance, son corps répondant au-delà de ses espérances à toute solicitation…Nous avons tout fait, tout expérimenté de l’acte lesbien, nous deux, juste nous…Maintenant elle voulait voler de ses propres ailes avec le risque de détruire “nous”… Mais à 28 ans, elle ne voulait pas stationner dans l’homosexualité, sans diversifier sa libido revenue, et explorer ce qu’elle ne connaissait pas, en reprenant là où elle en était restée dans ses années bonheur.Elle me disait souvent : “Avec un professeur comme toi, mais en masculin, ce serait le rêve…”Et puis si la vie, l’amour, les circonstances nous séparaient, rien ne changerait entre nous, et surtout pas notre amitié. Nous avions atteints un tel degré de complicité que nous garderions à jamais en nos coeurs ces moments merveilleux passés ensemble.Bien entendu, j’abondais dans son sens, le fait de vivre avec une femme définitivement n’était pas à mon programme pour les années futures, mais…A. Le contactJ’avais une vie très libre, j’étais donc assez secrète, n’avais pas froid aux yeux et savais ce que je voulais…Je m’étais entourée de tout ce qu’il faut à une jeune femme pour ne pas sombrer dans le manque…Manque de relations, d’amitié, de secours, d’aide, de distractions…J’avais trop souvent vu des filles incapables de changer une ampoule, déboucher un lavabo, accrocher un tableau, mais encore sombrant dans le spleen à chaque échec dans sa vie affective …Je m’étais entourée, de personnes plus ou moins proches, de femmes et d’hommes utiles à mon bien-être… C’était “ma cour”…Copines pour aller au ciné, faire du shopping, prendre un thé, draguer, sortir dans des soirées.Copains pour aller au restaurant, rentrer dans des clubs privés, arranger mon ordi ou ma liaison internet.Les deux pour passer une soirée tranquille avec sexe, sans prise de tête, et sans arrière-pensée que l’instant présent. Des gens sains, honnêtes, francs et loyaux. Je les aimais tous et tous m’aimaient bien, et me respectaient.Lorsqu’Aline me fit part de ses désirs, je ressortais ma liste. Je dus rayer quelques noms, passés dans l’oubli, le mariage, ou autre accident de la vie…Il restait 6 garçons dont un qui n’était pas très loin, un véritable ami que je croisais fréquemment. Il était mon remonte-moral. Une nuit avec lui et j’étais de nouveau sur les rails… Il y avait aussi 2 autres copains, 2 commerciaux que j’avais rencontré lors d’un réveillon et avec lesquels j’avais passé des heures merveilleuses, sans aller plus loin, car ils aimaient à se dire homosexuels… Ils étaient gentils, et surtout inoffensifs. Mais qui peut le plus peut le moins et à moitié bourrés, on avait fini chez moi, et comme on dit chez moi, les uns dans les autres… Nous nous revoyons à l’occasion lorsqu’ils passent dans la région. On se faisait un resto, ils venaient dormir à la maison, enfin dormir… J’avais eu le privilège de casser leur homosexualité réciproque, ils me le répétaient chaque fois et ils continuèrent à me le prouver à chaque visite…Je laissais le choix à Aline avant de voir leur disponibilité…Elle opta pour mes deux compères canlı bahis qui vivaient à une centaine de kilomètres d’ici.Je les appelais plusieurs fois et dus laisser un message…Dans la soirée, ils me répondirent et après les formules de politesse, je sus qu’ils étaient libres la semaine qui suivait. Ils pouvaient venir me consoler…Je leur expliquais alors le but de mon appel, sans rien oublier…Ils désiraient réfléchir jusqu’au lendemain, car j’étais leur seul accro… Le faire avec une autre, même une amie à moi, qui était de surcroît ma compagne ces derniers temps, soulevait des questions…Je comprenais…Ils désiraient parler à Aline…Je la leur passais…Ils posaient des questions, voulant connaître sa motivation profonde pour cette soirée particulière et pourquoi eux…Elle répondit pour moi, elle raconta ses déboires avec les hommes, elle voulait retrouver une sexualité hétérosexuelle avec quelqu’un de bien, d’honnête, là pour le sexe uniquement, pour reprendre goût aux hommes sans jeu de mots… Leur sensibilité particulière et leur amitié avec moi, en plus de ma présence suffisaient à sa confiance. Ils étaient des types bien sous tous rapports, juste ce dont elle avait besoin…Ils riaient de bon cœur à la plaisanterie et acceptèrent dès le matin par mail…La rencontre fut fixée au samedi suivant, ils tinrent à nous inviter au restaurant…Je n’avais jamais trouvé ce couple d’homosexuels en position délicate… Ils l’étaient sans aucun doute, vivaient ensemble et semblaient heureux. Mais même dans les moments les plus intimes de nos relations, là où le sexe nous emporte dans d’autres dimensions et nous fait sortir de la bienséance, je ne les avais jamais vus s’afficher, s’exhiber, se caresser, même s’embrasser.Ils me prenaient chacun leur tour, parfois ensemble, me faisaient jouir au centuple, respectant mon corps, le vénérant, parvenant à éjaculer sans problème plusieurs fois dans la nuit… Nous avions ainsi tout goûté ensemble, y compris quelques lieux insolites ou publics. Cinéma, gare, comme des amants pluriels, j’adorais cette dualité et n’avais aucune préférence. Complémentaires, tendres, inventifs, ils me faisaient l’amour mieux que la plupart de mes amants, et je les respectais pour cela. Aline était pensive, elle avait déclenché le processus, allait retrouver ses sensations de femme… Elle commençait à trop penser, se connaissant, ne voulant pas me décevoir non plus, paraître pour une tordue ou une salope avide d’expériences plurielles…Je la rassurais, elle ne s’apercevra sans doute pas de leur homosexualité, et si on fixe d’autre règles comme de choisir son partenaire pour la soirée et le laisser unique, ils le feront…Elle n’avait pas pensé à cela… Voulait-elle se laisser emmener vers l’échangisme dès le premier soir ?Finalement elle ne dit pas non, surtout s’ils étaient si exceptionnels d’après moi…B. La soirée- Mais oui, tu verras, c’est toi qui criera la première et tu en redemanderas jusqu’au matin, en te félicitant de pas avoir exigé le un pour un…- Tu es si sûre de toi, évidemment tu n’as eu que des mecs biens, et chaque fois d’excellents amants… Moi, je suis traumatisée de penser que je vais sentir des mains autres que les tiennes, me laisser peloter, toucher, embrasser, et être pénétrée par un sexe…- Tout ce que l’on a fait ensemble, tu l’as vécu pleinement, savourant chaque caresse, chaque pénétration, dans toutes les parties intimes de ton corps…- C’est vrai… Ce que tu m’as fait découvrir et aimer, je ne l’oublierai jamais… J’ai peur d’en perdre une partie, comme si je trompais cet amour physique…- Rassures-toi, ce ne sont que des caresses, des positions, des sexes de chair et de sang, avec beaucoup, beaucoup de pensées, de rêves, d’envies, de refoulement, de plaisir censuré, d’inhibition détruite, pour pouvoir tout accepter que ton esprit ne refuse pas.- Tu vois, rien que d’en parler…Son sexe s’ouvre, ses cuisses se relèvent, elle se donne encore et encore à ma langue vorace, à mes mains, à mes doigts qui se délectent de ses parties discrètes, réservées, inexplorées…Je lui fais l’amour passionnément, jusqu’à ce qu’elle cède et qu’elle me veuille à sa merci pour me punir de l’avoir faite crier comme un a****l, au-delà des autres fois… Comme si c’était la dernière…- Ils s’appellent Jean-Marie (JM) et Julien. Tu verras, ils ne sont pas mal. La trentaine, souriants, des yeux de velours, et chacun un charme envoûtant… Je suis tombée comme une mouche…- Nous serons deux cette fois… Et si je ne peur plais pas ?- Mais bien sûr !Je la sens tremblante lorsqu’elle sort de la voiture pour aller patienter au bar, en front de mer…J’aperçois la stature de JM, il me sourit de loin, je lui fais signe de la main.Deux minutes plus tard, je leur présente Aline qui a la bouche ouverte, enfin en rêve… J’ai oublié bahis siteleri de lui dire que JM était de couleur…Ils sont charmants, désarmants, ils nous enchantent par leurs récits, relatant quelques histoires de leur vie professionnelle. Clients, patrons, employés se laissent parfois aller, ou se trouvent dans des situations cocasses, comme cette secrétaire médicale qui, au terme introduire un patient est devenue rouge pivoine en regardant JM, dont les yeux roulaient comme des billes…La soirée commençait bien, puis nous arrivions aux confidences… Aline, se sentant en sécurité, et après quelques verres de vin, se confia plus intimement vers la fin du repas… Ils comprirent son désir d’effacer des moments pénibles, ayant subi plusieurs viols dans l’intimité de son couple…Elle avait les larmes aux yeux et regardait le ciel prendre ses couleurs du soir en sortant…Nous sommes partis à pied pour une promenade digestive sur le quai et la plage, l’air nous fit du bien, nous dégrisa… JM nous invita sur un banc, face à la mer. Julien se trouvait contre moi, Aline entre Julien et JM. Ils nous racontèrent leurs vacances en Espagne…Nous regagnons le parking et quelques minutes plus tard, je mettais une musique d’ambiance dans mon salon…Aline me regarda, elle me sourit, puis me confia dans la cuisine en préparant des verres, qu’elle ne pouvait trouver mieux et me remercia par un baiser volé…Nous nous mimes à danser, flirter, Julien se montrait adorable, voyait que j’étais occupée à surveiller mon amie et ses réactions. Je fus rassurée quand JM l’embrassa à l’issue d’un slow magnifique et qu’elle se suspendit à son cou…Ils continuèrent à flirter sur le canapé, j’entraînais Julien dans la chambre en défaisant mes habits..Son sexe était érigé devant moi, impressionnant, je le pris dans ma bouche tandis qu’il flattait mes fesses et mes seins.C’est à cet instant qu’Aline poussa son premier râle… Je l’imaginais écartelée, offrant son intimité à la bouche avide de son amant.Julien ne tarda pas à exploiter mes atours, je tombais allongée en arrière, il se précipita et me donna un premier orgasme, que je masquais, avec sa langue particulièrement habile… Ecartelée, j’arrivais tout de même à besogner son pénis gonflé. je sentais mon sexe couler de désir, mes seins se mirent à me faire mal, il était temps de prendre les devants…Allongé sur le lit, sexe dressé, ma main qui le masturbe, je monte et m’accroupis, puis ma vulve engloutit le membre qui me pénètre en m’arrachant des gémissements de chatte… Ses mains me caressent, me guident, palpent mes seins, excitent mes tétons, je continue à me pourfendre en cadence, avançant mon bassin pour mieux le ressentir… Aline balbutie, râle, feule… Elle semble prendre confiance en lui, s’abandonner… Je me relève pour augmenter ma cadence… Je sens le plaisir arriver… Je me retire avant que lui aussi ne contrôle plus rien…Nous changeons de position, il me serre contre lui, son torse me fait un coussin, ses mains autour de mes seins qu’il masse voluptueusement… J’écarte les cuisses, lui ouvrant mon intimité, son sexe repose sur ma cuisse. Je tends la main, le berce doucement… Aline soupire, jouit, son désir monte, MJ est un rock, un pieu, un amant parfait…”Heu !… Heu !… Oui !… Oh, Oui!… Doucement !… Ca y est !…” Je tourne la tête pour embrasser Julien, une main glisse sur mon ventre, se niche dans mon intimité, je coule à nouveau, il le sait, il constate, il tourneboule mon clitoris, je m’envole en vocalises… J’ondule mon bassin. Je le veux !… Il a repris ses esprits et sa vigueur… Je recule lentement, écarte un plus mes cuisses, ouvrant mon intimité. Il replonge en moi… Dieu que c’est bon, surtout lorsqu’un autre couple nous fait profiter de leur plaisir…”Oui !…. Viens !… Prends-moi !… Je suis tienne !… Vas-y !…”Il me joue la vague que j’aime, le ressac qui rythme ses mouvements, je m’envole sur mon nuage… Il le sent, il accélère, je jouis, plus fort, plus vite, encore, je le sens exploser, transmettre à mon ventre, à mon corps entier, cette douce chaleur, ce plaisir diffus, intense qui s’appelle orgasme…Aline exprime aussi son état, j’entends leurs corps se fondre, ses râles et ses onomatopées traduisent sa jouissance… J’entends même MJ rugir de plaisir sans doute en arrivant aussi au bout… Puis plus rien, des baisers, de la tendresse, du silence…Julien reste en moi, divin message de tendresse, de complicité, l’acte continue, il veut encore me posséder, je le veux aussi…J’ai soif…Quelques minutes de repos, puis je m’arrache à lui… Nue, je me dirige vers la cuisine, sors des verres et verse du jus d’oranges… J’en apporte un à Julien, il semble dormir, je pose le verre, puis passe au salon… Leurs corps enchevêtrés gisent sur mon épais tapis de laine blanche. bahis şirketleri Elle est belle, recroquevillée entre ses bras, les mains de MJ entourent sa poitrine, elle vient de jouir d’un homme comme avant…Je pose leurs verres sur la table basse, et passe à la salle de bains. Après une ablution rapide, je mets de l’ordre dans ma coiffure. Je suis encore sur mon nuage. Je le sens toujours en moi, chaud, doux, plein…J’ai envie de lui encore… La porte s’entrouvre, Aline entre, se jette dans mes bras…- J’ai joui… Que c’est bon ! Son sexe est conçu pour le plaisir, pour nous emporter vers des sommets… Je suis heureuse… Tu es ma fée…Elle me prend dans ses bras, m’embrasse à pleine bouche, caresse mes seins, comme d’habitude, elle se love contre moi, je caresse ses cheveux… Elle sent l’amour, l’homme, le désir assouvi… Ses cuisses ruissellent de leur jus… Je prends un gant et frotte délicatement son intimité… Elle écarte ses cuisses, soupire, ferme les yeux, j’entre deux doigts dans son vagin ouvert, béant…- Oui… Fais-moi-le… Masturbe-moi, prends-moi… C’est délicieux… Tu es si douce… Je t’aime…J’entends les garçons parler, je sors au salon. Ils sirotent leurs verres, assis sur le canapé…- Merci les garçons… Vous nous avez gâtées…- Merci à vous 2… Vous êtes magnifiques, adorables, on ne peut que vous honorer…- Vous… Tu m’as sauvée MJ… J’étais perdue, errante, bafouée, j’en avais après la terre entière, tous les hommes… Je ne ressentais plus rien dans mon sexe, rien n’y faisait après qu’il m’ait prise de force, j’étais écœurée… Elle m’a repêchée un soir de détresse, le soir où j’ai coupé le fil… Elle m’a prise sous son aile et m’a appris l’amour… Entre femmes, cet amour tendresse, cet amour sensuel… Puis les options, la sodomie, tout ce je n’avais osé avant… Libérée, j’ai souhaité qu’elle continue. Elle l’a fait en recherchant des personnes comme vous, deux garçons intelligents, beaux, sensés, ouverts, des amants divins… Voilà, je suis de nouveau Aline, la vraie, la passionnée, Aline avide plaisirs…. Je me demandais si j’allais réagir, c’est fait, je veux tout, on continue… Sur ses paroles pleines de reconnaissance, de tendresse, elle nous invite sur le lit à reprendre notre jeu de la découverte…Allant directement vers Julien, elle l’embrasse à pleine bouche en s’emparant de son sexe, encore frêle…Je me glisse contre MJ, et m’abandonne dans ses bras puissants. Nos baisers résonnent dans la chambre, nous allons connaître la partie adulte de cette nuit de sexe… C. Suite et finDans la pénombre de ma chambre, les têtes tournent, les corps s’enroulent, le désir monte…Baisers sensuels pour nos retrouvailles, un merci déguisé pour leur offrir cette perle, MJ se surpasse… Je caresse son sexe énorme, puis je me place de façon à le prendre dans ma bouche, il me tourne et je m’écartèle sur sa bouche… Il est féroce, sait ce qu’il nous faut, quand il le faut… Mon désir s’envole, il me lèche pendant une heure, s’arrêtant parfois, changeant de rythme, de position, puis reprenant son cunnilingus pour mon plus grand plaisir… A moi pendant ce temps de lui rendre hommage, à ce sexe hors norme. Pas si puissant, mais long, infatigable, ses bourses pleines, dures… je le suce en m’aidant d’une main, parfois des deux… Il continue à brouter mon sexe, me faisant ressentir d’autres sensations, aussi enivrantes les unes que les autres… Enfin, je l’attends, je le veux, je soupire… Mon sexe est béant de mouille, ses doigts ont tout exploré, mon clitoris est énorme… Je pleure ce plaisir total que cette pénétration…Aline s’est exprimée à plusieurs reprises et nous inonde de ses vocalises traditionnelles.Je l’ai vue, dans la pénombre, soulever ses fesses, se faisant empaler par Julien, sans ménagement, ses seins ballottant avec anarchie, en pleurant et feulant, sous les coups de boutoir de son amant. Puis amazone, chevauchant le membre, bienfaiteur par excellence, se donnant elle-même son plaisir. Et enfin, après cette nuit particulière, s’ouvrir comme avec moi, et lui demander à être sodomisée…Il plonge en moi, ce sexe tant espéré… J’en ressens les effets dans tout mon être, il plonge lentement jusqu’au bout de mon vagin, butant mon utérus… Je jouis par cette seule présence, cet organe vient me porter à l’extase, je me tords, m’ouvre, m’écartèle, il me prend et me reprend, par devant par derrière, sur le côté, tuméfiant mes chairs fragiles… Puis avant d’abandonner, avant d’épuiser ses ultimes ressources, il se présente dans mon fondement, masse et lubrifie, puis s’introduit lentement dans mon anus, me prenant jusqu’à la garde avec son gigantisme… Je pleure, jouis, tremble, griffe, m’accroche. Il me porte, m’emporte, je tourne, tourne, tout s’effondre, il explose en moi, sa longue traînée de sperme emplissant mes entrailles… Je suis sonnée, amorphe, comblée, heureuse….Les autres applaudissent presque, encore fichés l’un dans l’autre, s’embrassant à qui mieux-mieux…Quelle soirée… Quelle nuit !…FINMarie-Carole 2016

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir